Skip to content

L’étude hespéridine

L’étude hespéridine

Une étude clinique randomisée contrôlée par placebo en double aveugle du traitement de l’hespéridine sur les symptômes du COVID-19

L’Hespéridine pour réduire la gravité de la maladie et le besoin d’hospitalisation
‌Pour contacter l’institut: 1-833-917-3369
Points saillants

Points saillantsDécouvrez le sommaire de la recherche Hespéridine

8 Mins (version anglaise)

Source: Cytokine Storm in COVID-19 – Immunopathological Mechanisms, Clinical Considerations, and Therapeutic Approaches; The REPROGRAM Consortium Position Paper Frontiers in Immunology July 2020 | Volume 11 | Article 1648

Hespéridine et la modulation de l’inflammation et de la tempête de cytokines (tempête inflammatoire)

Le document de position du Consortium REPROGRAM a été préparé par un groupe de réflexion international à but non lucratif sur la préparation et l’action mondiales en cas de pandémie.

Les auteurs énumèrent ce qu’idéalement un médicament ou un cocktail de médicaments devrait réguler afin de prévenir ou traiter cette réponse inflammatoire exhubérante-tempête de cytokines dans la COVID-19 :

  • ↓ signifie réguler négativement ou réduire
  • ↑ signifie réguler positivement ou augmenter

Noter comment l’hespéridine régule ces cytokines dans des études induisant une inflammation sévère dans le cœur, les poumons et le cerveau.

Chez les personnes devenant symptomatiques, la période d’incubation, soit le temps entre l’exposition et l’apparition des symptômes, est de 4 à 5 jours en moyenne et les symptômes les plus communs sont la fièvre et la toux.

Les cas légers sont probablement caractérisés par une réponse immunitaire robuste, ayant pour résultat la clairance virale.

Chez une minorité de sujets, la maladie s’aggrave environ 5 à 10 jours après le début des symptômes, entraînant des complications telles que le syndrome de détresse respiratoire aiguë (ARDS) et autres défaillances d’organes. Chez ces cas sévères, il y a probablement un retard dans la réponse antivirale initiale en plus d’une production accrue de cytokines inflammatoires (syndrome de tempête de cytokines).

L’étude hespéridine

Une étude clinique randomisée contrôlée par placebo en double aveugle du traitement de l’hespéridine sur les symptômes du COVID-19

L’Hespéridine pour réduire la gravité de la maladie et le besoin d’hospitalisation

‌Pour contacter l’institut: 1-833-917-3369
  • La pandémie est une infection / immunisation / vaccination non contrôlée à l’échelle mondiale avec le SRAS-CoV-2 comme immunogène.
  • La réponse immunitaire primaire, mais plus précisément le temps de latence, joue un rôle clé dans cette réponse immunitaire.
  • Avant et pendant la réponse immunitaire primaire, le SRAS-CoV-2 peut proliférer, se disséminer et provoquer une inflammation sévère ou une tempête de cytokines.
  • À partir d’une revue exhaustive de la littérature scientifique liée au SRAS de 2002-2004 et de l’abondante littérature récemment publiée sur le SRAS-COV-2 et COVID-19, les hypothèses scientifiques sont:
    • L’hespéridine pourrait lutter contre la COVID-19 par ces mécanismes:
      • Réduction signalée / anticipée de la charge virale.
      • Modulation signalée / anticipée des médiateurs inflammatoires.
  • Réduction de la gravité de la maladie
  • Réduction de l’exigence d’hospitalisation

2 mécanismes d’action indépendants :

  • Réduction signalée / anticipée de l’infectiosité et la réplication du SARS-COV-2
  • Modulation signalée / anticipée des médiateurs inflammatoires tel que rapportée dans divers modèles expérimentaux
    • Infarctus du myocarde, lésions pulmonaires aiguës induites par le ventilateur, apoptose neuronale, troubles cognitifs et autres modèles inflammatoires.
  • 14 jours
  • Présenté en 2 présentations PowerPoint téléchargeables: versions courte (faits saillants) et longue (complète) (PDF) ou visionnées dans des vidéos narratives. ‌

En savoir plus

À partir d’une revue exhaustive de la littérature scientifique liée au SRAS de 2002-2004 et de l’abondante littérature récemment publiée sur le SRAS-COV-2 et COVID-19, il existe une importante rationalité scientifique que l’hespéridine pourrait traiter le COVID-19 via les mécanismes suivants:

  • Réduction signalée / anticipée de prévenir l’entrée et la réplication du SArS-COV-2
  • Modulation signalée / anticipée des médiateurs inflammatoires et ce, observée dans divers modèles animaux:
    • Infarctus du myocarde, Lésions pulmonaires aiguës induites par le ventilateur, Apoptose neuronale, Troubles cognitifs et autres modèles inflammatoires.

Nous travaillons aussi sur

Nous travaillons aussi sur